HENRI IV

 

     Il est un autre grand chasseur du pays d'Orion, bien connu de tous les Français, dont il fut le roi le plus aimé : Henri IV, « Lou nouste Henric » pour les Béarnais.

431px-Henry4-A

 

     Né au château de Pau en 1553, il était par sa mère Jeanne d'Albret, héritier du royaume de Navarre.

Jean d'Eblée, dans son ouvrage remarquable:« Le Miracle d' Henri IV »nous en a très bien décri t 1a jeunesse. Celle-ci se passa au château de Courraze, bâti sur un promontoire dominant le Gave de Pau, dans une position clef de défense du Béarn.

     Sur le portail  renaissance du château se trouve l'inscription:

« Lo Que Ha De Ser No Puede Faltar »

(« Ce qui doit être ne peut manquer »)

C'est là qu'il fut élevé, à la dure, nourri de pain bis, d'ail, d’œufs, de fromage et de vin de Jurançon, sur les flancs de la montagne d'Ossau, l'une des plus sauvages des Pyrénées, qu' il pouvait en toute 1iberté parcourir .

     Avec l'âge s'affirmèrent sa robustesse et sa hardiesse. D'abord jeune guetteur de palombes, il se fit très tôt intrépide chasseur de sangliers, de loups, d'ours.

 

     Étant roi de Navarre, il avait organisé, pour quelques dames de la cour de Paris qui passaient en Béarn, une expédition en montagne au cours de laquelle on leva un ours énorme. Percé de coups d'arquebuses, ayant plusieurs tronçons de piques dans le corps, l'animal avant de mourir, réussit à saisir plusieurs hommes. Il les entraîna avec lui dans un précipice où ils périrent.

 

 

Roi de France, Henri IV se donna 1e luxe d'équipages princiers, dont entre autres:

  • Une "meute du cerf " de 70 chiens et vautrais mâtins
  • ·Une "meute du loup" de 24 chiens et 6 grands dogues
  •   Une "meute du lièvre" de 24 chiens courants et 12 lévriers
  •   Une "meute du chevreuil" et du daim dite la petite meute.

 

 

Comme pour tous les rois de France, son grand plaisir fut la chasse à courre.

 

L'une de ses journées de chasse alors qu'il a déjà 54 ans, nous est racontée par Monsieur de Praslin :

"Le matin il chassa à l'oiseau, l'après-midi au loup, et le soir au cerf, jusqu'à la nuit. A la fin de sa vie il chassait toujours avec le même entrain et la même énergie."